La parentalité positive : bienfaits et excès

Vous en avez sûrement déjà entendu parler, la parentalité positive – parfois appelée discipline positive, guidance douce ou guidance affectueuse – est simplement une éducation basée sur la bienveillance, qui garde nos enfants sur la bonne voie, proposée de manière positive.

Comment réussir au quotidien à appliquer ces méthodes ? Quels sont les exemples concret à mettre en pratique ? Nous vous apportons des exemples pratiques et faciles à suivre au quotidien. Commençons d’abord par définir ce qu’est cette forme d’éducation douce.

C’est quoi la parentalité positive ?

La parentalité positive est une alternative à l’approche punitive et autoritaire que nous connaissons davantage, encrée depuis des décennies dans nos traditions occidentales. Il s’agit d’un changement d’état d’esprit, qui consiste à punir les mauvais comportements et à modéliser et enseigner de manière active et créative à nos enfants les comportements positifs.

La parentalité positive implique un engagement à aborder nos enfants avec amour, empathie et gentillesse plutôt que de créer des conflits de pouvoirs grâce à l’application d’un ensemble de règles.

Les preuves qui se développent rapidement soutiennent l’approche parentale positive et ses effets sur le comportement, les relations, la santé mentale et le bonheur général.

La parentalité positive en pratique

Cette approche comportementale n’est pas inné. En effet comme nous l’avons évoqué précédemment, notre éducation traditionaliste autoritaire et punitive est profondément encré en nous. Cela demandera peut-être pour certains d’entre vous un vrai travail de fond.

Pour commencer nous vous conseillons, avant de réagir négativement envers votre enfant, de vous mettre à sa hauteur. Ce simple mouvement vous fera reprendre votre calme si vous sentiez la moutarde vous monter au nez 😊 ! Vous perdrez ainsi la position du sacro-saint parent dominant, ce face à face instaurant plus d’égalité avec votre enfant.

Pour les parents d’adolescent qui nous lirait, se mettre à la hauteur de votre enfant n’est pas qu’une question de taille (une mère reste une mère, qu’elle que soit la différence de taille !). Proposez de vous asseoir tous les deux à une table ou dans un canapé pour poser un climat plus serein, propice à la discussion.

Parler ! C’est le maître mot de cet article. Si vous n’aviez qu’une seule chose à retenir ce serait celle-ci : apprenez, si ce n’est pas déjà le cas, à discuter avec vos enfants. Cela paraît simple mais réfléchissez-y et rappelez-vous la dernière fois que vous avez vraiment échangé avec votre enfant sur son bien-être à la maison, sur la façon dont il perçoit son rôle au sein de la famille, la fois où il vous a parlé de ses besoins (pas de gâteau au chocolat, de ses vrais besoin d’enfant 😉) et de ses valeurs.

Les principes sur lesquels repose la parentalité positive

  • Aimable et ferme à la fois  : guidez votre enfant en faisant preuve de respect et d’encouragement, même en cas de mauvaise conduite.
  • Favoriser chez les enfants un sentiment d’appartenance et d’importance : aidez votre enfant à ressentir un lien fort avec vous et votre famille.
  • Les solutions et les actions sont efficaces à long terme : l’objectif n’est pas simplement d’arrêter les comportements punis (à court terme), mais d’aider les enfants à développer des comportements positifs, nouveaux et acceptables, à travers des solutions et un apprentissage.
  • Enseigner des compétences sociales et utiles dans la vie : encouragez votre enfant à être respectueux, à se préoccuper des autres, à résoudre des problèmes, à rendre des comptes, à contribuer et à coopérer à la maison, à l’école et dans la communauté.
  • Inviter les enfants à découvrir leur capacité et à utiliser leur pouvoir personnel de manière constructive.

Quand la parentalité positive nuit à l’épanouissement de l’enfant

Sur le papier, la parentalité positive a de quoi séduire. Qui n’a jamais rêvé d’élever ses enfants sans avoir à crier ou à les punir ?

Mais à trop vouloir mettre du positif dans l’éducation des enfants on peut parfois tomber dans l’excès. Cela se traduit notamment par :

  • l’emploi du temps de l’enfant est plein à craquer d’activités en tous genres ;
  • une surveillance exagérée des faits et gestes de l’enfant ;
  • une anticipation de tous les problèmes (frustration ou échec) ;
  • une surprotection de l’enfant ;
  • ….

La parentalité positive peut donc avoir des effets néfastes si elle est appliquée à l’excès.

Donc, comme tout concept d’éducation, l’idée est de rester raisonnable et raisonné. N’oubliez pas que votre intuition parentale doit rester votre fil rouge !

Pour aller plus loin

Nous avons sélectionné pour vous plusieurs sites pour approfondir le sujet :

  • les super-parents : ce site a été créé par Camille et Olivier, adeptes de la parentalité positive mais comme ils se définissent eux-mêmes “encore loin d’être des parents parfaits”. Ils partagent ainsi leurs découvertes, leurs expériences et leurs apprentissages qui ont changé leur vie  en termes de parentalité bienveillante et respectueuse.
  • famille-epanouie : Amélie nous raconte son quotidien de maman, avec une approche aussi bien “coaching” qu’en tant que maman, tout simplement 😊.
  • papa positive : le blog d’un papa solo, fan de psychologie et d’éducation positive. Jeff nous partage ses conseils, ses trucs et ses astuces autour de la vie en général et de l’éducation en particulier.
  • Isabelle Filliozat : personnalité incontournable de la parentalité positive, écrivaine à succès et animatrice de nombreuses conférences à travers le monde, elle est une référence en la matière.

Et vous ? Qu’elle est votre approche auprès de vos enfants? Avez-vous déjà testé cette méthode ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *